Blogpost.Spyke

Vous avez hâte de découvrir les livres blancs de 1,5 Meter Sessions ?

SPYKE intel: Suivez nos trois conseils pour rédiger des livres blancs efficaces

Le livre blanc. Un média très apprécié pour faire le tour d’un problème concret, mais périlleux à mettre en œuvre en termes de rédaction et de conception graphique. Car il risque fort de s’avérer trop compliqué, ennuyeux, voire tout simplement inutile. Comment évitez-vous ces écueils ? Les trois conseils suivants et quelques exemples pratiques vous mettront sur la bonne voie.

De nos jours, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à publier des livres blancs qui font le point sur une question, liée ou non à leur secteur d’activité. Ce véritable engouement va malheureusement de pair avec de nombreux échecs dus à une mauvaise compréhension des ressorts de ce moyen de communication. Nous vous proposons ci-dessous trois points d’attention pour vous aider à réussir la rédaction et la conception graphique de votre prochain livre blanc.

  1. Réfléchissez au thème à traiter à la façon de vous y prendre

Le choix du bon sujet est essentiel pour garantir le succès de votre livre blanc.  Évitez les thèmes trop généralistes pour privilégier un problème spécifique auquel votre entreprise peut apporter une solution. Veillez bien à ne pas déborder de votre domaine de compétence. De cette manière, les contenus conserveront plus longtemps leur pertinence.

Autre point crucial : le développement de la thématique. Un énoncé clair du problème permettra de cadrer correctement le sujet, mais il est tout aussi important de formuler avec soin la solution proposée. Un piège à éviter absolument consiste à rédiger un texte trop long dépourvu de structure claire. Suivez plutôt nos conseils :

  • Utilisez des chapitres, titres et intertitres pour créer une structure claire et prévoyez une table des matières pour aider les lecteurs à trouver facilement les informations qui les intéressent. En effet, beaucoup ne souhaiteront pas lire le document dans son intégralité.
  • Décomposez votre sujet en recourant à des intertitres. Quel est le problème ? En quoi est-ce un problème ? Quelles sont les conséquences ? Quelle solution proposez-vous ?
  • Veillez en outre à alterner tout au long du texte les informations théoriques et les cas pratiques. Cela permettra au lecteur de s’identifier plus facilement au problème, de trouver la lecture plus agréable et le contenu plus crédible.
  • Réfléchissez bien à la longueur de votre livre blanc et demandez-vous si votre public cible aura suffisamment de temps pour le parcourir. Personnellement, nous ne dépassons jamais les 16 pages.

 

  1. Misez sur un graphisme dynamique

Si le contenu du livre blanc est important, sa conception graphique l’est au moins tout autant. Le plaisir des yeux compte aussi ! Les éléments graphiques accroissent le plaisir de lecture, renforcent la cohérence et facilitent la compréhension de certaines informations. Nous privilégions la présentation en mode paysage, parce que les livres blancs sont le plus souvent consultés sur ordinateur. En outre, la répartition du texte est moins compacte et l’on peut plus aisément insérer des visuels.

En parlant de visuels… Ceux-ci sont un must ! Mais encore faut-il les utiliser à bon escient. Si les photos de banques d’images sont les plus couramment utilisées, elles peuvent toutefois lasser par leur manque d’originalité. Faites-en un usage réfléchi et parcimonieux. Et n’hésitez pas à demander à votre designer d’insérer différents éléments graphiques. Les graphiques, encadrés et tableaux vous permettront en outre de mieux structurer votre livre blanc.

Mais la partie visuelle la plus importante d’un livre blanc est sa couverture. Elle doit à la fois constituer une synthèse et donner envie de lire la suite. Veillez donc à ce qu’elle soit accrocheuse, sans être non plus trop tape-à-l’œil. Là encore, de petits cadres (indiquant par exemple le groupe cible) peuvent être utiles.

  1. Fixez-vous des objectifs à long terme

L’objectif de votre livre blanc est d’informer le lecteur sur un problème particulier tout en formulant une solution à ce problème. Il ne s’agit pas d’un document quelconque que l’on parcourt distraitement pour ensuite l’envoyer à la poubelle. Non, c’est un véritable média aux multiples applications, qui peut par exemple trouver sa place dans le parcours client. Réfléchissez aux étapes de ce parcours où vous pourriez l’utiliser ou y faire référence. Un livre blanc crée également un lien entre le lecteur et l’entreprise.

Veillez à indiquer clairement les données de votre entreprise et ajoutez éventuellement un « call to action ». Et ce, pour deux raisons. Si vous captez l’attention du lecteur, il pourra contacter votre entreprise et passer immédiatement à l’action. Mais c’est aussi une façon de se rappeler au souvenir du lecteur lorsque celui-ci rencontrera un problème similaire. Il se souviendra alors de votre livre blanc et, partant, de votre entreprise…

Vous aimeriez voir des exemples pour vous en inspirer ? Voici quelques livres blancs réalisés pour nos clients.